Après la chasse aux DRH, bienvenue à la journée

RENCONTRES

Pour qui en a, en cherche, l’évite, s’organise au-delà...

27

JANVIER

2018

diurne

de 9h à 18h

À la Bourse du travail - Annexe Varlin 29 boulevard du Temple 75003 Paris

Carte

 

nocturne

de 18h30 à minuit

THÉÂTRE, MUSIQUE & BANQUET !
Au Clos sauvage 12 rue du Clos Bénard 93300 Aubervilliers

Carte

Avec notamment...
Alain Damasio, Alèssi Dell’Umbria, Danièle Linhart, Patrick Cingolani, Frédéric Lordon, des syndicalistes de Solidaires, Detlef Hartmann, Des acteurs de la campagne  "Make Amazon pay !" , Ariel Kyrou, Callum Cant, Le collectif du CLAP, des camarades de la ZAD, Matthieu Hély, Emmanuel Dockès, Sidi Mohammed Barkat, Pierre Musso, Franco Piperno, Zanzibar, Olivier Cyran, Sylvain Creuzevault, L’1consolable et bien d'autres.

Ah le travail…

Pourquoi dans la plupart des langues le mot évoque-t-il la contrainte, la douleur, voire le chagrin ?
Et pourquoi tout l’art du management semble consister à rendre inaudible cette pourtant scandaleuse évidence : travailler revient toujours à se soumettre à une finalité étrangère, jamais à la nôtre ?

Et si l’on suivait cette intuition : dans l’économie si politique qui nous tient, il importe au fond moins de produire des marchandises ou des services que de produire cette forme : les travailleurs. Cette forme de vie qui nous imprime un certain rapport à soi, aux autres et au monde dont on peine tant à se déprendre.

Sous le Macronomicon, cette forme prend sans surprise un nouveau design : les angles et les courbes de l’auto-entrepreneur, de « l’indépendante » — dans sa version premium. L’être qui se doit à la fois d’être le producteur, le produit et le service commercial du produit qu’il vend, à savoir lui-même.

En version standard, la nôtre, bienvenue dans l’existence du… crevard !

Pour qui tout compte et se compte. Qui doit rentabiliser le moindre bien, prostituer la moindre capacité, optimiser sa réputation et sa valeur sur les marchés de l’amour, de l’amitié, du loisir et du jeu, et bien sûr du travail…

Plus l’emploi massivement s’évapore, plus le chômage flotte telle une réalité déniée. Plus le travail disparaît, plus s’accroît l’injonction sociale à travailler. Paradoxe ? Même pas. C’est qu’à la discipline, longtemps et si bien assurée par l’empire du salariat, se substitue pour nos gouvernants une petite terreur : qu’avec sa liquidation, les populations échappent !

Keynes le devinait déjà en 1930 : « Car nous avons été entraînés pendant trop longtemps à faire effort et non à jouir. Pour l’individu moyen, dépourvu de talents particuliers, c’est un redoutable problème que d’arriver à s’occuper, plus redoutable encore lorsque n’existent plus de racines plongeant dans le sol ou les coutumes ou les conventions chéries d’une société traditionnelle. »

Aujourd’hui, la grande substitution s’accélère : systèmes-experts contre savoir-faire ; algorithmes contre compétence sensible ; chatbots en lieu et place de la présence humaine. Les générateurs automatiques de profit ne tolèrent plus qu’un travailleur l’ampute de cette coquetterie surannée : un salaire. L’entreprise devient un univers carcélibéral, qui trie les rares valides et pourchasse les évadés. On vous y raconte encore que le travail libère. Mais quoi et qui ?

Le Silicon Ballet a fait de nous ses danseuses. Chacun de nos actes fait trace pour les cochons-truffiers du Pig Data. L’offensive technologique du capital répond au double enjeu de nous soumettre comme active tout en nous contrôlant continûment comme oisif. Sur les réseaux, consommer devient produire — plus efficacement que travailler. Chaque nanoseconde de nos vies doit se transformer en profit.

Face à cet état de choses, qui appelle voltes et révoltes, comment se battre ? Et comment s’organiser en dehors ou au-delà du salariat ? Comment cesser d’être des travailleurs et travailleuses « qu’on-forme » pour faire un usage enfin joyeux et imprévu du temps et de la vie, en prenant à cœur, plus que tout, la question de son sens — du sens et du non-sens de l’activité ?

Le 27 janvier a donc lieu la journée « Tout le monde déteste le travail » Un cri du cœur. Une boutade.

Une rencontre surtout, multiple et foisonnante, avec des menées collectives et des pensées singulières, avec des ingouvernables parce que bien organisés !

Elle entrelacera des interventions de gens qui pensent les mutations en cours du travail avec ceux qui se trouvent directement aux prises avec ces mutations, de gens qui écrivent, luttent, jouent, bossent, chantent ou filment, et ne peuvent se résoudre à l’ordre en marche.

C’est un espace qui s’ouvre, se propose — à saisir, à prendre et à enchanter...

Se rencontrer

À la Bourse du travail - Annexe Varlin 29 boulevard du Temple 75003 Paris Carte

Au Clos sauvage 12 rue du Clos Bénard 93300 Aubervilliers Carte

Ressources

Le programme détaillé de la journée    PDF

Texte PDF